L’épouse d’Alpha Condé, Djéné Kaba Condé, fraude les services sociaux français

alpha_conde_epouseDepuis bientôt cinq ans que Hadja Djéné Kaba Condé n’a plus son domicile en France. Elle vit en Guinée depuis l’arrivée au pouvoir de son époux officiel, Alpha Condé. Elle joue le rôle de première dame auprès de M. Condé. Parfois, ils s’affichent ensemble en public à l’occasion de certaines cérémonies officielles.

Mais, avant de connaître cette vie de rêve de jeune fille, Djéné Kaba menait à Paris une vie modeste pour ne pas dire misérable. Une vie si modeste qu’elle avait besoin d’aides sociales pour subvenir à ses besoins. Ses revenus avec ceux de son défunt mari Lamine ne leur permettaient pas de se loger convenablement. Les services sociaux français étaient venus à leur secours en leur donnant gracieusement un logement décent dans le 13eme arrondissement de Paris, plus précisément sur la rue Dunois. Après le décès de son mari, Djéné Kaba a gardé le logement. Le problème est qu’elle le garde jusqu’à aujourd’hui alors qu’elle n’en a plus les droits.

Depuis 2010, Djéné devait rendre ce logement social pour plusieurs raisons. Primo, son domicile principal n’est plus à Paris. Cela l’exclut d’office puisque les logements sociaux parisiens sont réservés à ceux qui y vivent en permanence.

Secundo, elle n’est plus dans la nécessité depuis qu’elle est devenue première dame. Si elle faisait correctement ses déclarations de revenus auprès des services des impôts de Paris, on lui aurait retiré le logement. Sans doute, elle jongle avec les lois fiscales françaises.

Certains esprits pourraient penser qu’elle peut en faire usage lors de ses fréquents séjours à Paris. Eh bien, non ! Un logement social n’est pas digne pour une première dame de la République de Guinée, vous aussi ! Heureusement, Djéné le sait mieux que quiconque. Sinon quelle honte serait pour la Guinée ? Où loge-t-elle, alors  quand elle vient à Paris? Rassurez-vous qu’elle ne se fait pas héberger par un parent dans un neuf mètres carrés.

Lors de ses incessantes visites, Djéné se loge à l’hôtel et ce n’est pas dans n’importe lequel. Pour respecter son rang social, elle ne lésine pas sur les moyens. Elle a l’habitude de prendre une suite à l’Hôtel Régina sis en face du Jardin des Tuileries et à cinquante mètre du palais présidentiel de la France. C’est un quartier ultra cher. On vous laisse imaginer le prix qu’elle paye avec l’argent du contribuable guinéen.

Depuis 2010, Djéné s’est enrichi trop vite. Des gens en quête de poste dans l’administration lui paie des pots de vin afin qu’elle plaide pour leurs causes auprès des grands décideurs du régime guinéen. Le propre frère de Djéné Kaba joue les rabatteurs de clients et gère aussi l’agenda de la sœur. Dans le régime d’Alpha Condé, la corruption et le trafic d’influence sont érigés en système de gouvernance.

Rappelons que la rue Dunois se situe dans le quartier de la Place d’Italie où habitait un vieux célibataire endurci et opposant à ses heures creuses nommé…Alpha Condé. Le «coup de foudre» aurait éclaté au détour d’une ruelle de ce quartier lors d’une hasardeuse rencontre entre les deux voisins, le célibataire Alpha et Mlle Djéné. Grâce à Nantou Chérif, l’amour est scellé par les liens « sacrés» du mariage. Est-ce vraiment sacré? On n’en sait rien. Incontestablement, M et Mme Condé ont respecté à la lettre ce proverbe québécois: «Marie-toi devant ta porte avec quelqu'un de ta sorte.»

 

A. Soumah pour www.guinee58.com