Sékouba gaffe à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne !...

Didon ! ton grognon a suivi le déboulonnage de Yamoussa Sidibé à son poste de directeur général de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne, lui qui soutenait obséquieusement qu’un de ses amis du nom de « Soundiata Keïta répète tous les jours que le pouvoir a une ethnie, il est manding. Et moi aussi j’ai choisi, je suis avec Alpha Condé. Et je me convainc chaque jour que lui seul peut et doit tenir les brides du pays. » Zut !

Jusqu’avant le déboulonnage de Yamoussa Sidibé, l’on a toujours cru qu’aucun journaliste guinéen actuellement ne pouvait être plus obséquieux que lui à l’égard de Goby Condé, l’autocrate qui trône au palais Gokhi Fokhè.

Peut-être qu’on s’est lourdement trompé dans nos certitudes oubliant qu’on est en Guinée où le retard mental est aussi palpable que le retard du développement du pays.

Ainsi Gobykhamé gomme Yamoussa dans ses fonctions de dirlo et le fait supplanter par Sékouba Savané à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne en prélude à son ambition personnelle de garder le kibaniyi au delà de 2020. C’est pour cette principale raison qu’on ne fera pas une fleur à Sékouba Savané s’il se comporte comme Ben Daouda Sylla ou Yamoussa Sidibé pour continuer à étouffer la démocratie dans le bled.

C’est le choix politique qui met en mal les gens. Et Dominique de Villepin, ancien premier ministre du président français Jacques Chirac, a effectivement raison : la politique divise des vieux amis de plus de 30 ans.

Sékouba Savané roulait depuis fort longtemps pour Goby Condé et il l’a bien précisé pendant sa passation de service devant une palanquée de témoins à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne :

« A mon supérieur, le ministre de la Communication, M. Rachid N’diaye, avec qui j’ai eu l’honneur de travailler dans le cadre de la communication au sein de la Direction de la Communication et de l’Information (DCI) de la présidence, je voudrais le rassurer de ma disponibilité pour bénéficier de ses conseils et de ses directives. »

Ecoute, Savané ! Ton propos là m’éberlue. Relis-toi ! Relis-toi encore ! Est-ce que tu as vraiment besoin de te montrer obséquieux par ces dires à l’intention de Rachid N’diaye ? Je te le dis parce que nous avons chiadé ensemble dans le groupe de presse Le Lynx-LA LANCE pendant quelques mois. Diallo Souleymane, président directeur général dudit groupe de presse, n’était pas du tout notre directeur de conscience dans nos articles. Il ne nous imposait pas des directives. Chaque journaliste avait les coudées franches de griffer ses idées dans le respect de la langue de Molière, de la déontologie et de la ligne rédactionnelle. Ce qui était susceptible par exemple de mettre en rogne Diallo Souleymane c’était d’empocher l’argent d’un ponte de la place et d’essayer de faire le panégyrique de celui-ci dans les colonnes du Lynx ou de LA LANCE.

Continuons cette petite digression circonstancielle sur Diallo Souleymane parce que finalement le groupe de presse Le Lynx-LA LANCE passait à l’époque pour une excellente école pour les apprentis journaliste ! On critiquait Diallo Souleymane dans son bureau même, en réunion de staff, mais il ne révoquait personne à cause de ses critiques pourtant parfois acerbes voire même irrespectueuses à son égard. Aujourd’hui, avec le recule, je le reconnais. Et personne ne se montrait obséquieux à son égard. Tout ça passe avec lui. Il a bon dos. Mais tension !... Le « porboulème » avec ce professionnel de la plume, c’est qu’il faut être vraiment compétent s’il te bombarde « Raide chef » ou dirlo d’un des canards du groupe de presse. Il se montre trop carré sur la compétence. Et c’est l’un de ses défauts qui déconcertent de la plupart qui veulent coûte que coûte passer par les mailles de la débrouillardise. Il s’en fout que tu sois de telle ou telle ethnie. Pour lui, il faut avant tout être capable à son poste. On peut avoir une fière tapette mais si on maltraite la langue de Molière en se disant : « le rail ou la rail, il suffit que le train passe », on ne fera pas long feu au groupe de presse Le Lynx-LA LANCE. Et je crois que c’est sur ce critère de compétence que Diallo Souleymane s’était appuyé pour te hisser « Raide chef » du Lynx. Bref !

Aujourd’hui, c’est Goby Condé qui te sacre big boss de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne. Et aussitôt tu t’empresses à t’aplatir publiquement devant Rachid N’diaye et à lui montrer obséquieusement ta brosse à reliure. Tu chatouilles son orgueil pour dis-tu : « bénéficier de ses directives ». C’est cloche ! Tu es capable ou non, Savané ? Pour montrer sa gratitude et garder son poste dans le royaume républicain de Goby Condé faut-il absolument montrer ses aptitudes de « Ngnarimkaha » ou laveur de chat ? Je ne comprends pas…

Ecoute, Savané ! c’est vrai que chacun de nous a choisi son camp politique. Toi de soutenir le régime de Goby Condé et moi de le combattre. Peut-être que chacun de nous dans son camp est légitime de son choix mais aucun de nous ne fera à l’autre une fleur. Et d’ailleurs aucun de nous n’en n’aura besoin.

Mais là, tu démarres mal à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne. D’abord au milieu de ton bavardage, tu te souviens brusquement des morts de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne et sur un ton presque péremptoire tu fais un pas de clerc :

« A la mémoire de tous ces pionniers, je voudrais demander une minute de silence mais c’est déjà fait. »

Ça fait dresser les cheveux sur la tête de l’assistance qui, suspendue à ta bouche, n’en croit pas à ses oreilles ! Quelle mouche t’a piqué pour faire un pas de clerc à ton premier contact avec les travailleurs de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne ? Même si c’est la minute de silence a déjà été observée plus d’un million de fois, mais toi, tu ne l’avais pas observée avec tous ces travailleurs en présence et de surcroit à l’heure de ta prise de service. Pourquoi ? Parce que. Tu aurais dû peut-être te faire relire ton discours par Rachid N’diaye pour qu’il te conseille et t’indique cette directive sociale et traditionnelle à respecter afin de gagner la sympathie de tous ces aigris et autres envieux qui bouillonnent de complexe, de méchanceté et de haine gratuites à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne.

Il y a une autre partie de ton bavardage politique qui m’éberlue :

« Nous veillerons à ce que le ce que le citoyen ait droit à l’information juste et équilibrée. La RTG sera la vitrine officielle où le citoyen viendra s’abreuver d’informations vraies. Je m’y engage. »

Attends, Savané ! Tu prends les Guinéens pour des gogos ou quoi ? Les phrases emphatiques ne les feront pas prendre des vessies pour des lentilles. Tu avais chiadé auprès de Rachid N’diaye dans la DCI pour le resquillage de la présidentielle guinéenne de 2015 au bénéfice de Gobykhamé en 2015. C’est de notoriété publique que Rachid N’diaye est l’oreillette gauche du cœur damné de Goby Condé. Et tu viens illusionner les Guinéens par ton papotage. Sous ta directive, la Ra-idiot Télébidon Guinéenne ne sera jamais équitable dans le traitement de l’information. Est-ce que les journalistes sous ton commandement auront la coudée franche pour suivre le reggaeman Elie Kamano, couvrir en toute indépendance ses descentes dans la rue, couvrir les meetings et manifestations politiques de Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne, à Sangoyah, à Kaloum, à Bambéto, à l’intérieur du patelin ?

Tu embrayes :

« J’ai une pensée profonde envers tous ceux qui m’ont précédé à ce poste surtout à mon frère et ami Yamoussa Sidibé pour l’ouvrage accompli. A vous qui êtes aujourd’hui là, je vous exhorte à travailler avec beaucoup de rigueur, d’abnégation, d’humilité pour la réussite de ce nouveau challenge. »

Et ensuite tu ajoutes cet autre raté :

« Je voudrais dans ce cadre, attirer l’attention des uns et des autres afin d’éviter d’engager une chasse aux sorcières de quelque manière que ce soit. Je ne le permettrai pas. »

Certains croient qu’on ne doit pas parler de corde dans la maison d’un pendu. Mais comme tu as pris ton courage d’évoquer ce qui pourrit les relations entre confrères à la Ra-idiot Télébidon Guinéenne depuis la prise du pouvoir par Goby Condé, il faut alors crever l’abcès.

Qui sont les sorcières ? Yamoussa Sidibé et son clan ? Ou bien les journalistes qui se sentent ségrégués, écartés des antennes et des voyages à l’étranger, du fait de leur appartenance ethnique ? Qui sont les chasseurs aux sorcières ? Qui va cochonner qui parce que se croyant fort de la couverture du directeur de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne et du soutien de Rachid N’diaye ?

Yamoussa Sidibé n’a pas eu le courage de prendre ses cliques et ses claques. Il n’est pas rassuré de faire ses preuves de compétence ailleurs que dans les travées de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne. Alors tu lui as suggéré de rester à tes côtés. Tu as certainement tes idées et tes raisons propres sur la question. Mais est-ce que tu as sollicité  les « conseils » et les « directives » de Rachid N’diaye sur ce cas là ? Même si toi et Yamoussa ont pour souci majeur de maquignonner le régime brutal et autocratique de Goby Condé par une politique de communication mensongère. Tu aurais dû quand même demander conseil à ton supérieur !... Si tu ne l’as pas fait. Tu as commis là une faute lourde qui pèsera dans la balance prochainement pour t’éjecter du poste de dirlo de la Ra-idiot Télévision Guinéenne. Mais si tu t’étais déjà assuré de l’assentiment de ton « supérieur », tu sais où tu mets les pieds.

On propagande que c’est par égard à la presse privée que Goby Condé a balancé Sékouba Savané au sommet de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne. Goby Condé est un Néron. Qui étreint dans ses bras la presse privée, un des contre-pouvoirs à sa tyrannie. Si vous avez bien écouté Goby vous l’avez sûrement entendu répéter ces dires de Néron :

« J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer. »

Autrement dit, Gobykhamé ne peut pas chérir dans la situation actuelle la presse privée qui n’approuve pas qu’il tripatouille la constitution pour se maintenir en poste. Et puis entre nous actuellement il y a presse privée et presse privée dans le bled. Qu’on ne s’y trompe pas ! Cette prétendue presse privée, qui s’abouche avec l’imposteur qui trône au palais Gokhi Fokhè, se fait écho de la filouterie politique du régime de celui-ci. Elle n’est pas recommandable. Heureusement que les élèves et les étudiants guinéens et bons nombre de Guinéens savent différencier aujourd’hui des vessies des lanternes.

Outrée justement par les conditions de la mort de l’artiste Kemo Kouyaté à qui le régime de Goby Condé avait promis d’évacuer en Europe pour des soins d’urgences, le chanteur Kerfalla Kanté s’est lâché devant témoins, le vendredi 21 juillet dernier, au palais du peuple, par ce propos incongru :

«En Guinée au temps du PDG (Parti Démocratique de Guinée), les artistes à cette époque étaient bien considérés. Mais actuellement nous sommes abandonnés parce que les dits et les faits sont différents. Il ne s’agit pas de parler mais la pratique est la meilleure option. »

La raison de la colère de Kerfalla Kanté découle des menteries du gouvernement de Goby Condé qui a fait miroiter une évacuation sanitaire à Kemo Kouyaté. L’on comprend le bouleversement psychologique et moral de Kerfalla Kanté. Mais ayant toujours regardé le PDG (Parti des Geôles de Guinée) comme une goule, on fait sienne de ces dires de Racine à propos du Chef Suprême de la Révolution, le Stratège camarade président Amadou Sékou Tidiane Touré :

« Il ne faut qu’avoir lu Tacite pour savoir que, s’il a été quelque temps un bon empereur, il a toujours été un très méchant homme. »

Nous sommes contre le passéisme. Nous nous liguons aujourd’hui contre le PDG, contre le pouvoir autocratique de Goby Condé. Les Guinéens veulent un changement véritable dans le pays. Ils ne veulent pas d’un changement cosmétique. Ils veulent un changement en tout parce que décidés à se tourner définitivement vers l’avenir. A commencer d’abord par un changement des mentalités. Aujourd’hui le tissu social guinéen est en lambeau du fait de la révolution sékoutouréenne, du défunt régime de Lansana Conté et du pouvoir autocratique actuel de Goby Condé qui, dans l’après-midi du samedi 9 mai 2015, hululait au stade archibondé de Kankan cette imbécillité politique :

« La Guinée c’est les Malinkés, les Tomas, les Guerzés, les Soussous et cetera. » Et dans sa furie, il sonnait ainsi l’hallali de Cellou Dalein Diallo et de tous les peuls :

« Le tribalisme ne fait pas partie de mon itinéraire contrairement à certains cadres de l’opposition qui pensent que seuls les peuls sont capables de diriger la Guinée. Ceux qui me font échouer ne sont pas encore nés. »

C’était cloche. Et personne, ce jour là, ne jetait la pierre à Goby Condé.

Premièrement aucun peul n’a jamais trôné à la tête de la Guinée. Deuxièment tous les cadres de l’opposition ne sont pas des peuls. Troisièment c’est aux populations guinéennes d’élire le prochain président de la Guinée en 2020 et de se mobiliser pour ne pas que Goby Condé et ses suborneurs claniques ne détournent encore et encore leurs votes. Comme vient de le déclarer Cellou Dalein Diallo dans son meeting politique à Sangoyah dans Cona-cris, Goby Condé :

« pense qu’il peut tripatouiller la Constitution, mais là il faut qu’il comprenne que ça ne passera pas ! Ce n’est pas aux urnes qu’il faut exprimer votre refus, c’est dans la rue parce qu’il ne connait que ça.

Il est fort dans la magouille, dans la transformation de ces échecs en victoire lors des élections. Il ne faut pas lui laisser le temps. Dès que la chose sera annoncée, il faut que tous les guinéens de toutes les catégories socioprofessionnelles, de toutes les sensibilités politiques se mobilisent. Je suis convaincu que dans même son propre camp personne ou rare plutôt sont ceux qui soutiendraient une initiative de tripatouiller notre constitution.

 Il a pu s’octroyer dans des conditions que vous connaissez les deux mandats en volant les suffrages du Peuple. Qu’il se contente de ça. S’il tente de tripatouiller la Constitution pour s’octroyer un troisième mandat, ce sera suicidaire pour lui. »

Goby Condé a non seulement montré ses limites à tirer le bled du gouffre mais il n’en finit pas de monter les ethnies guinéennes les unes contre les autres juste pour assouvir sa boulimie du pouvoir.

Goby est un têtu qui ne veut pas écouter Barack Obama qui le conseille de ne pas tripatouiller la Constitution guinéenne pour rester en poste à la fin de sa présidentielle en 2020. Et l’imposteur ne semble pas avoir bien pigé et intégré ces paroles de Kélafa Sall, président de la cour constitutionnelle, après son resquillage présidentiel de 2015 :

« Ne vous entourez pas d’extrémistes, ils sont nuisibles à l’unité nationale. Evitez toujours les dérapages vers les chemins interdits en démocratie et en bonne gouvernance (…). Gardez-vous de succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes car, si le peuple de Guinée vous a donné et renouvelé sa confiance, il demeure cependant légitimement vigilant. »

Si Goby Condé refuse d’entendre raison et tripatouille la constitution afin de garder le trône pour lui et pour son rejeton, il sera principal responsable de tous dérapages qui en découleront. D’ores et déjà nous attirons l’attention de l’Union Européenne, de la communauté internationale et surtout de la Cour Pénale Internationale.

Savané ! demande aux cameramen de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne de se tenir prêt dans la rue. Tout se passera dans la rue. Et la CPI aura certainement besoin des images de la Ra-idiot Télébidon Guinéenne sur les manifestations pacifiques de l’opposition guinéenne et de son leader pour juger Goby Condé et ses sbires !...

Benn Pepito