DCE de Dixinn :Délit de faciès en flagrant délit contre Mme Hawa Diallo

alpha_cond_newUne femme promue par arrêté du ministre de l'Enseignement préuniversitaire a été répudiée par la DCE de Dixinn pour faciès indésirable. Et, ô miracle, un contre-arrêté du même ministre a envoyé valdinguer la pauvre femme.

On ne sait plus qui du ministre Dr Ibrahima Kourouma ou de la directrice communale de l'Education de Dixinn, Léontine Cissoko, est le patron à l'Enseignement préuniversitaire. Simple chef de division, celle-ci a réussi à amener celui-là à abroger un arrêté qu'il avait souverainement pris.

Le 9 décembre 2011, le Dr Ibrahima Kourouma, par son arrêté N°11/0198/MEPU-EC/CAB/DRH, a nommé 107 cadres dans les inspections et directions de l'éducation à travers le pays (IRE, DEV, DPE et DCE) ainsi qu'à la direction administrative et financière de son département.

A la direction communale de l'Education (DCE) de Dixinn, trois cadres ont été promus dont une femme nommée Hawa Diallo. La directrice Léontine Cissoko a usé de procédés dilatoires pour retarder la passation de service. En vérité, disons-le d'emblée, elle n'appréciait pas du tout le fait que Hawa Diallo ait été nommée chargée des ressources matérielles et financières et des constructions scolaires dans sa DCE. Donc elle remuait ciel et terre pour l'empêcher d'entrer dans son staff. On ne sait trop pourquoi. Ou du moins, on devine bien pourquoi, dans cette foulanobie qui fait florès depuis le sommet jusqu'à la base de l'Etat. Léontine Cissoko voulait bien des deux autres promus dans son staff puisqu'ils sont ses congénères (ils sont tous les trois de la même région) mais pas de la Peule. Pourtant , avant sa nomination comme DCE de Dixinn, elle avait servi avec Hawa Diallo à la DCE de Ratoma et notre enquête nous a appris qu'elles étaient toutes les deux en très bons termes et s'appelaient même réciproquement « ma sœur ». C'était avant l'avènement du RPG au pouvoir !

Finalement, après deux semaines, Léontine Cissoko a convoqué tout le monde pour la passation. Mais ce n'était qu'une simple galéjade, car en voyant Hawa Diallo dans la salle elle a annulé tout de go la cérémonie sous prétexte que le ministre a demandé un report sine die. A la troisième semaine, elle a présidé la passation de service mais à l'insu de l'indésirable madame Diallo qu'elle n'avait pas daigné inviter. Celle-ci continuait naïvement à assurer ses fonctions d'animatrice à la DCE de Ratoma en attendant son entrée en service à Dixinn. La pauvre n'apprendra que bien tard la tenue de la cérémonie. Cependant, malgré son assiduité à la DCE de Dixinn, sa directrice Léontine Cissoko fera comme si elle n'y avait rien à faire.

Et puis, le 15 décembre, soit 36 jours après son affectation à Dixinn, le ciel lui est tombé sur la tête. Le ministre Ibrahima Kourouma prend un arrêté en quatre articles où on lit, à l'article 3 : « Monsieur … PL Mle 192 103 P est nommé dans les fonctions de chargé des ressources financières et matérielles et des constructions scolaires de la direction communale de l'Education de Dixinn en remplacement de Hawa Diallo Mle… »

L'arrêté est renversant à maints égards.

D'abord, il est évident que c'est la DCE Léontine Cissoko qui a répudié la pauvre dame et que pour cela elle a dû passer par la coordination mandingue pour faire pression sur son ministre et obtenir le renvoi de Hawa Diallo. Cette coordination semble surplomber même le président de la République , si on se rapporte au décret et au contre-décret qui, dans une même semaine, avait relevé puis remis l'actuel directeur général de la Sotelgui au tout début de la présidence d'Alpha Condé.

Ensuite, il y a une double incongruité dans l'arrêté du ministre Ibrahima Kourouma. D'une part, le monsieur nommé dans les fonctions de chargé des ressources matérielles et financières et des constructions scolaires de la direction communale de l'Education de Dixinn était déjà à ce poste et n'a cessé de l'occuper de fait puisque la passation de service n'a jamais eu lieu entre lui et sa remplaçante légale Hawa Diallo. D'autre part, l'arrêté dit qu'il est nommé en remplacement de celle-ci alors qu'elle n'a jamais pris fonctions ; pendant les 36 jours qui se sont écoulés entre le premier et le deuxième arrêté, elle était restée de fait animatrice à la DCE de Ratoma. Donc le procédé n'est pas très honnête.

Il faut aussi savoir que le monsieur qui a repris (ou plutôt conservé) son poste, par les bons soins de Léontine Cissoko, est le camarade d'école de celle-ci et qu'ils s'entendaient tous les deux comme larrons en foire dans la gestion des ressources matérielles et financières et des constructions scolaires de la DCE de Dixinn. Le couple était trop beau pour être séparé par une intruse qui, plus est, fait partie des bannis de l'administration !

Donc, d'une pierre la directrice communale a fait deux coups : elle s'est débarrassée d'une « ennemie naturelle » et elle a gardé à ses côtés un vieil ami. Tant pis pour les aigris !

Vous avez dit changement ? Mbaran kali wouya lé !

El Béchir DIALLO.

aujourdhui-en-guinee.com