Indemnités des députés: l’Opposition parlementaire commet sa première erreur politique

hemicycle-de-l-assemblee-nationaleLa revendication  d’une indemnité mensuelle d’au moins 25 Millions de GNF de nos députés, à peine  installés dans leurs fonctions, a fait couler beaucoup d’encre et de salive.  Elle a plutôt suscité la désapprobation d’un nombre non négligeable de nos  compatriotes, vu le niveau de vie et les conditions précaires de la population  guinéenne. 

En principe, le but de  l’indemnité parlementaire est de mettre les députés à l’abri du besoin  pécuniaire et des tentations, pour qu’ils puissent librement exercer leur  mandat parlementaire.  Aussi est-il  légitime que nos députés jouissent d’une rémunération adéquate. Seulement, il  faudrait qu’ils respectent la Loi, eux les législateurs. Il est indéniable  qu’ils n’en ont pas toujours l’habitude, comme ils nous l’ont si bien montré  dans la composition des commissions de l’Assemblée Nationale. En général, les  rémunérations sont fixées par référence à d'autres salaires ou traitements. Le  plus souvent, les salaires de la fonction publique sont pris comme base de  calcul. Et tenez-vous bien, il existe une Loi qui fixe les indemnités des  députés guinéens. Mais comme on est en Guinée, cela ne semble même pas les  intéresser. Que dit la Loi ?

  1. La LOI ORGANIQUE L/91/013/CTRN DU 23 DECEMBRE 1991 SUR LES CIRCONSCRIPTIONS ELECTORALES, LE NOMBRE DES DEPUTES ET LE MONTANT DE LEURS INDEMNITES stipule en son article 3 : « Les Députés perçoivent une indemnité mensuelle égale au traitement afférent à l’indice maximum de la plus haute hiérarchie de la fonction publique, une indemnité de session et d’autres avantages fixés par décret, sur proposition du bureau de l’Assemblée nationale. ».
  2. Pour une fois,  il est possible de faire converger les intérêts de nos députés avec ceux du Peuple. Comment ? Vu que le salaire d’un fonctionnaire de la plus haute hiérarchie est beaucoup en deçà de ce qu’ils demandent, celui de tous les fonctionnaires devrait être considérablement relevé, subséquemment le traitement de la plus haute hiérarchie de la fonction publique augmenterait suivant le barème. Ainsi tout le monde sortirait gagnant, eux et le Peuple qu’ils représentent. N’est-ce pas une bonne nouvelle ?  Ou bien qu’ils … changent la Loi. Et ils se seraient désavoués aux yeux de tout le monde !
  3. Aux syndicats de se mettre au-devant de la lutte pour le respect scrupuleux de la loi, au moins cette fois- ci !  Ceux-ci devraient saisir  cette occasion en or pour dire à peu près ceci: "Nous sommes d'accord pour que nos valeureux représentants du Peuple aient 25 ou même 40 Millions GNF comme indemnités mensuelles, pour être à l'abri de la misère qui appelle la corruption passive (gangrène qui ronge notre beau pays)! Ceci pour qu'ils puissent bien défendre les intérêts du Peuple, rien que les intérêts du Peuple. Nous les soutenons vigoureusement dans ce combat. Seulement nous demandons le strict respect de la LOI. Nous allons nous mobiliser pour veiller à l'application de la Loi dans toute sa rigueur…etc...". Il est à espérer que les syndicats ont des personnes de la trempe de feu Ibrahima Fofana (que son âme repose en paix) et de Hadja Rabiatou Diallo d’antan en leur sein.

 Nonobstant tous ces arguments, il semble indécent que la première revendication de nos représentants soit d’ordre salarial. N’avons-nous pas des affaires plus urgentes à régler, comme par exemple l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens (desserte en eau, électricité, santé, éducation etc…), l’indemnisation des victimes, la libération des prisonniers…
Concernant la position de l’Opposition parlementaire (dont les militants et sympathisants ont payé un lourd tribut), on peut sans ambages dire qu’elle commet une grave erreur politique en se mettant au-devant de la scène pour réclamer ces indemnités. Pourquoi ne laisse-t-elle pas le RPG-arc-en-ciel défendre cette revendication impopulaire, pour une fois qu’ils sont tous d’accord de manière évidente ? Les députés se résument-ils à l’UFDG et à l’UFR? A la place des leaders de ces  2 grandes formations politiques, tout autre animal politique dirait officiellement qu’il est contre ces indemnités ou le cas échéant qu’une grande partie serait allouée à des associations caritatives (victimes du 28 Septembre, de l’Axe Hamdallaye- Bambeto- Cosa, de Zogota etc….).

Maintenant la balle est dans le camp des syndicats, de la société civile et de l’Opposition Républicaine Extra-Parlementaire, dont la constitution est vivement à saluer, pour veiller au scrupuleux respect de la loi !

Pour conclure, il ne faudrait absolument pas s’offusquer des velléités pécuniaires de nos députés. Mais, vu les argumentations développées plus haut, il serait plutôt judicieux de les soutenir dans cette démarche et pourquoi pas leur souhaiter  même 40 Millions  ou plus d’indemnités mensuelles pour le bonheur… du Peuple.

Baldé Mamadou Gando