Déluge de décrets attendus au ministère du budget

alpha_conde_8Après le ministère de l’Economie et des Finances qui a vu une bonne partie de ses hauts cadres changés, c’est au tour du ministère délégué au budget de faire peau neuve dans les prochains jours.

Venu de nulle part, le nouveau ministre du budget Ansoumane Condé souhaiterait avoir ses hommes. Ce n’est qu’un secret de polichinelle que tous les directeurs nationaux que compte le ministère du budget verseraient tous les mois un montant forfaire au ministre du budget. En plus de ce qui doit être versé sur le compte de l’Etat, tous les directeurs nationaux (Impôt, Douane, Port Autonome de Conakry, Budget, …) auraient des pactes avec leur ministère de tutelle à qui ils verseraient chaque mois une somme fixée avant leur nomination. D’où les changements de têtes dans toutes les directions nationales à chaque changement du patron du département. C’est d’ailleurs avec ces sommes amassées que le ministre Mohamed Diaré aurait pu corrompre l’entourage d’Alpha Condé pour s’emparer du portefeuille de l’Economie et des Finances.

Pour éviter d’être sous le joug de son prédécesseur, le nouveau ministre s’attèlerait depuis sa prise de fonction à la mise en place de son équipe. En plus de combler le vide du chef de cabinet et du conseiller fiscal qui sont partis au ministère des Finances avec Mohamed Diaré, Ansoumane Condé préparerait un nettoyage au karcher.

Les impôts sous l’œil du cyclone

Si les autres directeurs espérèrent garder leur poste, ce n’est pas le cas aux impôts. Selon un proche du ministre du budget qui a requis l’anonymat, le fonds monétaire international aurait fait un rapport caustique contre l’équipe actuelle des impôts. « Dans le rapport du FMI, il est marqué que les institutions du Bretton Woods n’auraient pas trouvé d’interlocuteurs crédibles aux impôts » confie ce proche du ministre Ansoumane Condé. « Le FMI et la banque mondiale n’auraient pas eu du répondant aux impôts durant leurs différents séjours à Conakry » résume-t-il. C’est ce rapport qui scellerait le sort du patron des impôts et de son adjoint.

Ce manque de répondant n’est pas une surprise selon ce proche du ministre. Bien sûr Ouo Ouo MONEMOU est diplômé de la prestigieuse Université Paris Dauphine d’où il préparerait une thèse en fiscalité. L’autre atout de M. MONEMOU est qu’il est un pur produit des impôts. Mais ses détracteurs le reprochent d’être timoré et manqué de carrure. On accuse également à M. MONEMOU de manque d’autorité à l’égard de ses troupes.

Mais ces quelques handicaps de M. MONEMOU auraient pu être comblés si son adjoint avait les compétences requises pour le poste. Mais c’est loin d’être le cas. Le directeur national adjoint des impôts Sékou Maï Diarra est un arrogant qui s’est caractérisé par un amateurisme et une incompétence inégalés. D’ailleurs son parachutage à ce poste a surpris plus d’un aux impôts. Diplômé de biologie et relégué au poste de chef de section des vignettes, rien ne prédestinait Sékou Maï Diarra à ce poste de directeur national adjoint des impôts. « Du chef de section des vignettes au poste de directeur national adjoint des impôts, le gap est énorme » pourfend ce conseillé du ministre délégué au budget. Mais malgré tout, Sékou Maï Diarra n’aurait pas dit son dernier mot. Il multiplierait le lobbying auprès de l’entourage corrompu d’Alpha Condé pour accéder au poste de patron des impôts.

Quant à Ouo Ouo MONEMOU, son limogeage sonnerait comme une descente aux enfers. Ayant mouillé la chemise dans la campagne des législatives, il espérait faire son entrée au gouvernement mais au final, il a été deçu comme beaucoup d’autres personnalités qui ont été driblées par Alpha Condé. Son affichage à Yomou, sa ville natale lui avait valu d’être pourfendu par le tonitruant JM DORE.

Mais, il convient de préciser que le dernier mot devrait revenir à Mohamed Diané qui est capable de changer les décrets avant de les diligenter dans les mains d’Alpha Condé comme quoi rien est encore joué.

Affaire à suivre …

Aly Soumah, www.guinee58.com Conakry