Manque d’électricité à Conakry : la solution pas pour demain

Blinde_bruleLe problème de l’électricité que vivent plus d’une dizaine de quartiers de Conakry ne trouvera pas une solution dans un délai proche, à en croire un membre du gouvernement guinéen. Hier 17 février, en marge de sa rencontre avec Abdoul Aziz Wann, 
représentant en Guinée le FMI (Fonds Monétaire International), le ministre guinéen d’Etat chargé de l’Economie et des Finances a ouvert une parenthèse sur la pénurie d’électricité à Conakry, notamment dans sa banlieue. Dans un français laborieux, le ministre a expliqué les projets en cours. Lisez!

« Nos partenaires nous ont accompagné dans le secteur de l’énergie, principalement la Banque mondiale. A la conclusion du programme économique et financier, c’était une mesure préalable (…) Mais ce qu’il faut noter, c’est l’appui de la Banque mondiale qui a dit qu’elle va financer à hauteur de 50 millions de dollars, de façon urgente, pour ce secteur de l’énergie. Mais, la Banque mondiale a dit : nous allons vous aider à présenter l’ensemble de ces projets. Au lieu d’avoir les cinq projets distincts, mais un projet unique qui va passer devant notre conseil d’Administration. Nous, on va mettre 50 millions de dollars pour le financer, mais nous allons aussi vous aider à mobiliser d’autres bailleurs de fonds pour qu’il soit financé entièrement. Il y a beaucoup de choses dedans : la gouvernance d’EDG, le recrutement d’un opérateur de gestion… C’est là où nous sommes. » déclare le ministre qui a enchaîné : « Et dans ce paquet, il y a la mise sur le réseau des 100 MW qui ont été commandés, la réhabilitation du réseau, des groupes de Tombo 3 et Tombo 5. Bien sûr, avec les difficultés que nous avons eues l’année dernière, nous avons fait recours au groupe Aggreko avec lequel nous avons conclu un premier contrat de six mois. Ce contrat expire en ce mois de février 2014. Mais, je vous apprends que nous allons proroger ce contrat de six mois, juste le temps de nous permettre de mettre en œuvre ce plan de redressement du secteur de l’énergie pour qu’on ait des capacités qui puissent combler ces 50 MW dans six mois, que ce soit la
réhabilitation de Tombo 3 ou 5, mais également la mise sur le réseau d’une partie des 100 MW. Parce qu’il y a Tombo 1, Tombo 2 et Kipé. Tombo 1, c’est 25MW, Tombo 2, c’est également 25 et Kipé, c’est 50MW. Dans trois ou quatre mois maximum, nous pourrons mettre les premiers 25MW sur le réseau. Avec la mise en service de Tombo 3 et 5, nous pensons qu’avant l’échéance des six mois, cela nous permettra de compenser les capacités offertes par le groupe Aggreko. »

Le ministre n’a pas dit davantage. Les manifestations de rue enregistrées ce 18 février dans les quartiers de Dabompa, Tobolia, Lansanaya Barrage, (zone de la commune de Matoto et de Coyah) surviennent une semaine seulement après une autre manifestation de la même zone qui broie du noir depuis le 17 décembre 2013. Leshabitants sont révoltés du fait que la semaine dernière, le Gouverneur de la ville de Conakry, Cdt Sékou Resco Camara a promis aux intéressés de rétablir le courant dans une semaine. Arguant qu’il est un habitant de Tombolia. Cette promesse du gouverneur avait été faite devant le Premier ministre guinéen, Moahemd Saïd Fofana et du Haut commandant de la gendarmerie guinéenne, le Général Ibrahima Baldé.

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, l’entreprise qui gère l’électricité en Guinée, (EDG), n’a donné le courant à cette zone plongée dans le noir depuis plus de deux mois, que pour deux minutes, selon un habitant de Tombolia. Contacté ce matin par un de nos correspondants à Conakry, la même source soutient que les manifestants sont écœurés contre une récente déclaration du Président guinéen, Alpha Condé. Selon notre source, lorsque M. Alpha Condé s’est rendu à Dabompa pour lancer les travaux de réalisation de la deux fois deux voies Dabompa-Coyah, il a dit qu’il n’est pas venu pour parler du courant, mais pour lancer un chantier pour construire une route.

Rappelons que le 17 décembre, un incendie d’origine encore inconnu s’est déclenché de la centrale de relai située dans le quartier de Lansanaya-Barrage. Il aura endommagé les transformateurs. La panne a affecté une quinzaine de quartiers. Dans un communiqué laconique, le gouvernement, à travers Electricité de Guinée (EDG), avait promis de rétablir l’électricité dans deux semaines, le temps, dit-on, d’importer les pièces endommagées. Depuis, rien. Les populations exaspérées ont manifesté dans la rue à plusieurs reprises, pour réclamer la denrée rare. La manif de ce 18 février aura fait deux morts, dont un gendarme, plus un véhicule de la gendarmerie calciné. C’est le porte-parole de la gendarmerie guinéenne, Cdt Mamadou Alpha Barry, qui a confirmé l’information.

Affaire à suivre …

Hassane Sow, www.guinee58.com, Conakry