Favoritisme ethnique : Alpha Condé sur les plates bandes de Sékou Touré

alpha_conde_sekou_toureLa politique tribaliste et ethnique d’Alpha Condé a pris une nouvelle tournure avec la formation du dernier gouvernement. Contrairement à ses promesses de mettre en place un gouvernement qu’il avait qualifié de « mission et de combat », le président Condé a concocté une équipe à forte domination mandingue. A chaque fois qu’on dénonce sa politique ethniciste et tribaliste, certaines personnes mal intentionnées nous accusent de jouer sur la braise ethnique mais nous n’avons pas trouvé d’autres moyens que « d’appeler un chat un chat ».

Après le départ du gouvernement de ses principaux alliés politiques, la domination mandingue fût le deuxième grand enseignement de la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Quelques heures après l’officialisation de cette nouvelle équipe sous la houlette de Saïd Fofana, votre quotidien www.guinee58.com avait dans un article classifié les membres du gouvernement selon leur origine ethnique (http://guinee58.com/index.php?option=com_content&view=article&id=6990:sur-les-34-membres-du-gouvernement-16-malinkes-7-soussous-6-forestiers-et-5-peuhls&catid=34:politique-guinee-conakry&Itemid=68). De cette classification, il s’est révélé que les malinkés se sont taillé la part du lion avec plus de la moitié du gouvernement. Ce n’est pas tout car à scruter de près ce gouvernement, on se rend compte que des six ministères d’Etat, trois sont occupés par des malinkés.

En plus de cette domination quantitative, les ministres issus de la même ethnie d’Alpha Condé occupent tous les portefeuilles juteux et stratégiques. Comme le disent les français, ils occupent tous les postes régaliens : Administration du territoire (Alhassane Condé), Sécurité (Madifing Diané), Affaires Etrangères (Louceny Fall), Economie et Finances (Mohamd Diaré), Budget (Ansoumane Condé), Défense (Alpha Condé), Justice (Cheik Sakoh). Les ministres issus des autres ethnies n’occupent que des postes de moindres importances. Delà à dire que les ministres non originaires de la Haute Guinée ne jouent que le rôle de figurants, il n’y a qu’un pas à franchir.

Après cette analyse de www.guinee58.com qui a éclaboussé le palais Sékouthoureya, les jeunes du RPG auraient été manipulés pour manifester leur mécontentement afin de masquer le gouvernement tribaliste mis en place par Alpha Condé. « L’action des jeunes du RPG n’était que de la diversion pour faire oublier à l’opinion, le gouvernement à forte consonance mandingue nommé par le président Alpha Condé. Même si l’Etat major du RPG a eu du mal à contrer la tournure que cela a pris » confie une source bien introduite au palais Sékouthoureya.

Alpha Condé sur les pas de Sékou Touré

Au lendemain de son parachutage à la magistrature suprême par le biais d’une mascarade électorale de grande ampleur avec la bénédiction de l’ivrogne Sékouba Konaté et du volubile JM DORE, Alpha Condé avait affirmé qu’il reprendra la Guinée là où Sékou Touré l’a laissé. Les guinéens n’avaient compris le sens et la portée de cette expression qui rentre dans les annales de la République. Mais au fur et à mesure qu’Alpha Condé avance dans ses actions, on se rend compte qu’il ressuscite le favoritisme ethnique initié par Sékou Touré.

Ceux qui ont connu le règne de l’ancien tortionnaire Sékou Touré ont en mémoire les critères de recrutement dans l’armée et la fonction publique. Critères basés sur l’appartenance ethnique et le régionalisme. Ce sont ces mêmes critères qui étaient aussi utilisés dans l’attribution des bourses aux étudiants désireux de poursuivre leurs études en occident. Nul n’a besoin de dire qu’Alpha Condé favorise son ethnie. D’ailleurs, le dire ou l’écrire, c’est faire du pléonasme. C’est ce que nous évitons de faire. 

Nous y reviendrons …

Moussa Marah, www.guinee58.com,
Conakry