Assassinat du journaliste: "La balle qui a atteint Mohamed Diallo m’était destinée" révèle Bah Oury

bah_oury-dakarIl a fallu une "traque sans relâche" pour mettre la main sur Mamadou Oury Bah, plus connu sous le nom de Bah Oury, le désormais vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), si l’on en croit à la décision de ce parti politique. C’est en effet après une descente chez lui au quartier Lambagni, puis au siège de l’UFDG où il était de passage avec les enquêteurs guinéens et enfin à Kaporo que nous avons réussi à coincer celui que le parti incriminé considère comme responsable des affrontements qui ont conduit à la mort du journaliste d’AFRIK.COM.

Assassinat du journaliste Mohamed Diallo : "L’UFDG n’a pas tué" défend Cellou Dalein Diallo

cellou_menaceEn Guinée où il a été tué, au Sénégal d’où il est aussi originaire, le débat est encore entier : « Qui a tué le journaliste d’AFRIK.COM, Mohamed Diallo ? ». Une question qui n’a pas encore trouvé de réponse. Les autorités guinéennes ont ouvert une information judiciaire et l’enquête suit son cours. AFRIK.COM, qui a effectué le déplacement dans la capitale guinéenne, Conakry, est allé à la rencontre de Cellou Dalein Diallo, président du parti mis en cause dans ce drame, l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée), devant le siège duquel partisans de Bah Oury exclu du parti et ceux de l’UFDG s’affrontaient et où le journaliste a été touché par balle.

"Je n’ai pas répliqué aux attaques de Bah Oury" se défend Cellou Dalein Diallo

celloudalein_bahouryEn Guinée, l’opposant Bah Oury est rentré dans son pays natal après quatre ans et demi d’exil. Il avait été condamné à la prison à perpétuité en 2013 suite à la tentative d’assassinat du président Alpha Condé. Le chef de l’Etat guinéen l’a finalement gracié fin décembre 2015. Son retour divise son parti, l’UFDG, principale force d’opposition. Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, réaffirme son leadership et appelle les militants à l’unité et à la tolérance.

"L’UFDG a un besoin fondamentalement de renouvellement, d’un changement de leadership" explique Bah Oury

bah_oury_2Le numéro deux du principal parti d’opposition en Guinée s’apprête à rentrer à Conakry après quatre années d’exil en France. Bah Oury, vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée, est attendu dimanche matin dans la capitale guinéenne. Son retour a été rendu possible par le président Alpha Condé, qui l’a gracié en décembre. Bah Oury avait été condamné à la perpétuité pour atteinte à la sûreté de l’État suite à une tentative de coup d’Etat, en 2011. Il appelle au « renouvellement » de la Guinée et de son propre parti.