Guerre des chefs aux impôts : 3 clans se déchirent pour un décret présidentiel

impotRien ne va plus à la Direction Nationale des Impôts de la Guinée. Depuis l’annonce de la nouvelle équipe gouvernementale sous l’égide de Saïd Fofana, trois clans se livrent une bataille acharnée pour le poste de Directeur National et son Adjoint. Tout est verrouillé jusqu’à l’internet, rien ne marche à la DNI (Direction Nationale des Impôts, ndlr).

Lire la suite...

Insécurité : attaque au marché Koloma, les policiers prennent la fuite

policeDes attaques en cascades en plein jour ! Dans la journée du vendredi 21 février dernier, la capitale Conakry a subi une série d’attaques dans les communes de Dixin et de Ratoma. Une situation qui risque d’irriter la population, si les autorités ne prennent pas toutes les dispositions.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’insécurité bat son plein dans la capitale guinéenne, Conakry. Une série d’attaque s’est produit dans l’après-midi de ce 21 février.

Lire la suite...

Béa Diallo ôte les gants de la boxe pour enfiler le costume d’homme politique

bea_dialloLe champion de boxe d'origine guinéenne Béa Diallo est aujourd'hui élu au Parlement belge et échevin d'Ixelles. Portrait.

Il est loin de Monrovia, ce café d'Ixelles (Belgique), où le député Lansana Béa Diallo commande un poisson bouilli des plus diététiques, ne touchant ni aux frites ni à la mayonnaise. Du Liberia, où il est né en 1971, celui qui fut aussi champion de boxe et chef d'entreprise se souvient "des belles villas, des jardins luxuriants", ne faisant pas mystère de son enfance favorisée de fils de diplomate. Il doit d'ailleurs son nom à la visite, le jour de sa naissance, du ministre guinéen de l'Économie, Lansana Béavogui, futur Premier ministre et président par intérim...

Lire la suite...

Favoritisme ethnique : Alpha Condé sur les plates bandes de Sékou Touré

alpha_conde_sekou_toureLa politique tribaliste et ethnique d’Alpha Condé a pris une nouvelle tournure avec la formation du dernier gouvernement. Contrairement à ses promesses de mettre en place un gouvernement qu’il avait qualifié de « mission et de combat », le président Condé a concocté une équipe à forte domination mandingue. A chaque fois qu’on dénonce sa politique ethniciste et tribaliste, certaines personnes mal intentionnées nous accusent de jouer sur la braise ethnique mais nous n’avons pas trouvé d’autres moyens que « d’appeler un chat un chat ».

Lire la suite...