Béa Diallo ôte les gants de la boxe pour enfiler le costume d’homme politique

bea_dialloLe champion de boxe d'origine guinéenne Béa Diallo est aujourd'hui élu au Parlement belge et échevin d'Ixelles. Portrait.

Il est loin de Monrovia, ce café d'Ixelles (Belgique), où le député Lansana Béa Diallo commande un poisson bouilli des plus diététiques, ne touchant ni aux frites ni à la mayonnaise. Du Liberia, où il est né en 1971, celui qui fut aussi champion de boxe et chef d'entreprise se souvient "des belles villas, des jardins luxuriants", ne faisant pas mystère de son enfance favorisée de fils de diplomate. Il doit d'ailleurs son nom à la visite, le jour de sa naissance, du ministre guinéen de l'Économie, Lansana Béavogui, futur Premier ministre et président par intérim...

Lire la suite...

Favoritisme ethnique : Alpha Condé sur les plates bandes de Sékou Touré

alpha_conde_sekou_toureLa politique tribaliste et ethnique d’Alpha Condé a pris une nouvelle tournure avec la formation du dernier gouvernement. Contrairement à ses promesses de mettre en place un gouvernement qu’il avait qualifié de « mission et de combat », le président Condé a concocté une équipe à forte domination mandingue. A chaque fois qu’on dénonce sa politique ethniciste et tribaliste, certaines personnes mal intentionnées nous accusent de jouer sur la braise ethnique mais nous n’avons pas trouvé d’autres moyens que « d’appeler un chat un chat ».

Lire la suite...

Une mission de la CPI à Conakry sur les massacres du 28 septembre : Claude PIVI et Thiegboro visés ?

cour_penale_internationale2Une mission de la Cour pénale internationale (CPI) séjourne actuellement à Conakry depuis mercredi pour évaluer l'état d'avancement du dossier relatif aux massacres du 28 septembre, confié à un pool de juges guinéens, a-t-on constaté sur place.

Cette mission conduite par le chef de la Coopération internationale de la CPI, Amadi Bah, a défini le but de sa visite au président Alpha Condé au cours d'une audience que celui-ci lui accordée mercredi.

Lire la suite...

A Conakry, l’Energie, c’est la vie…ou la mort

manifestants_5Après les élections législatives du 28 septembre 2013, qui ont doté le pays d’une Assemblée nationale, dernière étape vers la mise en place des institutions démocratiques, nombreux étaient les observateurs politiques qui s’accordaient à dire que la Guinée allait enfin vers une sortie définitive de sa longue crise politico-sociale. Comme l’a lui-même souhaité le président Alpha Condé, « le débat politique doit désormais se mener au sein de l’hémicycle et non plus dans la rue ». Malheureusement, le 18 février, c’est tout le contraire de cette aspiration que la Guinée a donné à voir au monde entier.

Lire la suite...